Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bios

Né en France en 1960, Bertrand Ricque passe son enfance à l’étranger et y forge son goût pour les contextes internationaux et les échanges culturels. Après des études techniques en génie mécanique, il intègre l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr et obtient un diplôme d’ingénieur. Il commence sa carrière par la direction d’une unité de missiles de reconnaissance (drones) au sein de laquelle il conforte son goût pour les systèmes de technologie avancée, l’organisation des équipes et l’initiative.

En 1990, il décide de s’orienter vers des activités industrielles et est nommé Chef de Projet Senior chez Elsag Bailey. Il dirige alors de nombreux projets notamment dans les domaines de la pétrochimie, de l’offshore et de l’énergie classique et nucléaire. Il occupe ensuite des postes de responsabilité dans des sociétés fournissant des systèmes automatisés aux industries de procédés continus et manufacturières, telles que Rockwell Automation, Euraltech et Vanderlande Industries. Dans ces sociétés, il promeut des méthodes d’ingénierie basées sur l’efficacité de la gestion de projet et sur la maîtrise de la sûreté de fonctionnement des systèmes automatisés. Bertrand Ricque est depuis 2004 Chef de Programme de systèmes de défense chez Safran Electronics & Defense.

Il contribue aux travaux du comité SP84 de l’Instrumentation, Systems and Automation society et représente le GIFAS au sein du groupe de travail TC65 et de l'ACSEC (Advisory Committee for SECurity) de la Commission Electrotechnique Internationale. Il est formateur et consultant dans les domaines des systèmes automatisés de sécurité et de la certification FDA au sein de ControlChain Group. Il réalise des audits d’installations classées sur la base du référentiel IEC 61508/61511 et a enseigné la gestion de projet  d'automatisation à l’École Nationale des Ponts et Chaussées.

Bertrand Ricque was born in France in 1960 and spent his childhood abroad. He developed a strong taste for international relations and cultural exchanges. After a BS in mechanics, he enters Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr (French military academy). He completes an MS in general engineering, specialises in unmanned airborne systems and starts his career as commanding officer of a drone unit. He gets familiar with high technology systems, team organisation and initiative.

In 1990 he switches to industrial activities and is appointed Senior Project Manager within Elsag Bailey. He manages various projects in petrochemical, offshore, classic and nuclear energy industries. He then holds managing positions within different suppliers of automated production systems, such as Rockwell Automation, Euraltech and Vanderlande Industries. Within all these companies, he promotes good engineering practices based on efficient project management and automated systems availability. Since 2004, Bertrand Ricque is Defense Systems Program Manager within Safran Electronics & Defense.

He contributes to Instrumentation, Systems and Automation society SP84 committee and to International Electro technical Commission TC65 workgroup and (Advisory Committee for SECurity). He is a trainer and a consultant for safety instrumented systems and FDA certification for ControlChain Group. He conducts IEC 61508/61511 audits for hazardous plants and gave project management lectures at École Nationale des Ponts et Chaussées..

 

 

Recherche De Contenu

Site professionnel:

30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 05:11

A l’autre bout du monde (du nôtre parce que vu de chez eux, c’est nous qui sommes de l’autre côté), sur une île déserte (bon d’habitude elle n’est pas déserte, c’est même plutôt La Baule, mais c’est la morte saison étant donné qu’on est en pleine mousson), au comptoir du seul bar ouvert sur 4 km de côte, à ma gauche, les surfeurs locaux chantent Bob Marley en regardant Desperate Housewives (oui c’est normal, ici ils écoutent de la musique en regardant autre chose à la télé), à ma droite une tablée de locaux discutent en buvant un coup. De fil en aiguille, avec le barman, on en arrive à discuter de jeux de sociétés. Je lui explique le Mexicain. Il ne connaît pas. Il va chercher ses copains et trouve des dés. 3 heures après on y était toujours avec en prime une australienne esseulée qui comptait ses cannettes des Carlsberg (oui, c’est vrai, ils sont vraiment partout comme dans la pub).

 

Ecrit sous le vacarme des crapauds buffle.

Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Pensées
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 05:09

On the other side of our world (as we are on the other side of their world), on a desert island (OK, usually it is not desert at all, it is even supposed to be crowded, but now it is the monsoon season), at the single open bar among 4 km of seashore, on my left, the local surfers sing Bob Marley and watch Desperate Housewives at the same time (yes they can !), on my right a table of local guys discussing and having some drinks. Discussing with the bartender, we speak about society games. It appears that he doesn’t know the “mexican” (a French dice game). He finds some dices, calls his friends. 3 hours later we’re still there, with in addition a lonesome Australian woman who stopped counting her Carlsberg cans to join us.

 

Written with the noise of the jungle just behind the bingalow

Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Thoughts
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 05:06

Aucun artiste n’est indispensable mais tous sont uniques. C’est en (ré)écoutant Werther que j’ai compris pourquoi Luciano Pavarottit nous manquait. En chantant « E lucevan le stelle », il pleure, puis il se reprend, son regard reste tourné vers l’intérieur de lui-même, sans aucune ostentation, plusieurs milliers de personnes sont bouche bée. De l’art à l’état pur, comme la Gioconda de Callas

 

Ecrit dans un avion entre Paris et SIngapour au dessus de l’Ouzbékistan (Salut à toi Monajat)

Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Arts et Musiques
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 05:02
No artist is necessary, but they are all unique. While listening to Werther, I understood why Luciano Pavarotti was missing to us. When he sings « E lucevan le stelle », he cries. He then takes over, his sight remains turned toward inside himself. Thousands stand up listening to him with an open mouth. Pure art as in Callas’ Gioconda’. Written in a plane between Paris and Singapore over Ouzbekistan (That’s to you Monâjat)
Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Music and Arts
commenter cet article
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 21:08
Pour ceux qui auraient des doutes, je vous conseille l'opération spring cleaning ...

http://omlt3-kdk3.over-blog.com/
Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Pensées
commenter cet article
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 21:01

Après les drones en Grèce, un nouveau jouet, plus lourd et moins sophistiqué :



Bon çà va se passer en Malaisie. 12H00 d'avion au bas mot.

Mais il y a des à côtés :

On devrait survivre !

Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Travail
commenter cet article
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 20:49
Au combat, pour gagner il faut choisir la mort. C'est ce qui permet de (sur)vivre.
Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Pensées
commenter cet article
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 10:04

Les vacances au Pays Basque, traversé par les chemins de Compostelle, m'ont permis de prendre le temps de contempler mon environnement ; pourquoi tous les marcheurs sur les sentiers arborent-ils ce même signe distinctif ?
Le questionnement des autochtones n'ayant pas apporté de réponse, il a fallu s'immerger dans le flux des pélerins et remonter leur cours. C'est à Saint Jean Pied de Port que la lumière se fit, dans le restaurant Txitxipapa (excellente adresse au demeurant).
Il s'avère que les indiens Quechua ont traversé l'Atlantique vers l'Europe sur des radeaux à l'époque ou Erik le Rouge faisait le même trajet en sens inverse plus au Nord. Ils ont atteint la terre vers Bordeaux et ont entrepris de s'enfoncer dans le pays avant de s'arrêter et de se fixer au Puy en Velay où ils se sont mêlés à la population tout en gardant leur culture.
Quelques siècles plus tard, les pèlerins de toute l'Europe qui se rassemblaient au Puy ont remarqué les vêtements (genre poncho) et les matériels de portage (genre sacs avec des bretelles à poser sur le dos) de leur descendants et ont voulu leur en acheter pour le long trajet qui les attendaient.
Les descendants des Quechua se sont progressivement spécialisés dans la fabrication d'équipements pour les pélerins que tout le monde désignait alors naturellement par leur origine : Quechua.
Le succès du pèlerinage les amena progressivement à industrialiser leur production dans de grands hangars dans lesquels ils travaillaient par équipes de dix (déka en grec) et où ils trouvaient le temps long. En fin de journée, en rentrant chez eux, ils soupiraient "déka trop long" qu'ils abrégeaient  en "déka t'lon".
Cette tradition s'est perpétuée jusqu'à nos jours et leurs entrepôts décorent maintenant nos banlieues.

Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Pensées
commenter cet article
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 20:42
Je vous conseille de lire le dernier essai d'Isabelle Alonso. Cà décape, çà sonne juste, c'est constructif. Il n'y manque qu'une discussion critique sur les constructions psychologiques masculines et féminines qui pourraient se révéler des freins aussi bien que des moteurs intérieurs. L'héritage de Freud et Dolto fait défaut.

Dans mon métier (la gestion de projet), la "projet" de mise en oeuvre de la parité ne poserait aucun problème de réalisation. Ce serait même bien plus simple qu'un sous-marin nucléaire ou une station spatiale. Nous avons les outils méthodologiques et les hommes et les femmes compétents pour le mener à bien. Il ne manque que l'objectif et le(la) leader pour nous demander de l'exécuter. Il faut croire qu'il y en a qui ne sont pas pressés.

En tout cas, il est hors de question que ma fille soit une citoyenne de seconde zone. C'est effectivement une question de pouvoir, -puissance aussi bien qu'absence d'impossibilité-, et il est urgent de s'atteler à la question du rééquilibrage.

A mon sens, pour les hommes, c'est une question de "lâcher prise". Et c'est pour cela que je pense que la dimension psychologique est primordiale dans cette affaire.

On y reviendra, promis.
Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Opinions
commenter cet article
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 08:35

Je rappelle à tous mes chers correspondants habituels ma position vis-à-vis des transmissions d'informations en chaîne.

En fonction du contenu :

1 - Les Hoax : Sarkozy et Ahmadinedjad ont été vus dans une base secrète au Pôle Sud en train de faire des expériences nucléaires sur des pingouins génétiquement modifiés, voici la vidéo. Prière de vérifier d'abord sur les sites appropriés, dont la référence reste à mon sens : http://www.hoaxbuster.com/ Le dernier à avoir cru ce genre d'information s'appelle Bush et on se retrouve avec l'Irak sur les bras.

2 - Les diaporamas kitsch dégoulinants de bons sentiments sur fond de musique new age (attention, il ya new age et New Age - Loreena Mc Kennitt est un grand compositeur) et de photos du National Geographic. Envoyez-moi plutôt l'adresse du blog d'une personne qui habite dans le coin et qui a quelque chose à dire sur les gens qui l'entourent comme http://verna.blog.lemonde.fr/a-propos/, ou http://www.a360.org/.

3 - Le café du commerce en chaîne genre, - autrefois on roulait sans ceinture et y avait pas plus de morts (il y avait combien de voiture sur les routes, qui roulaient à quelle vitesse ?)  - ou bien - y avait pas de normes partout et on s'en plaignait pas (demander aux gens qui ont un cancer dû à l'amiante ou aux habitants de Seveso si ils sont contre les normes) - ou bien - les instituteurs nous tapaient sur les doigts et ils avaient raisons (il y en avait aussi qui violaient les enfants et leurs collègues ne disaient rien). Bon tout çà pour dire que rien n'est simple et que les solutions simples aux problèmes compliqués ont déjà été essayées vers le milieu du siècle dernier avec des résultats mitigés.

Si vous voulez communiquer du contenu sans encombrer la toile (et pas l'inverse, vous me suivez toujours) :

1 - Créez un blog

2 - Essayez d'y mettre des choses personnelles.

J'essaye de donner l'exemple. Pour ceux qui ont Powerpoint, sont des fans du Guide Routard et de Lonely Planet et veulent sortir des sentiers battus, voici un nouveau Club de Vacances. On recrute ..

KAF-Club.ppt KAF-Club.ppt

Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Pensées
commenter cet article