Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Compte-rendu de lecture

Publié le par Bertrand Ricque

The alchemy of desire (Loin de Chandigarh) de Tarun Tejpal.

 

J'ai eu une appréhension en attaquant le livre en raison de son épaisseur. La première moitié nous fait vivre la dégradation  subite d'une passion amoureuse dans l'Inde contemporaine. La seconde partie commence juste au moment où je me demandais si l'écriture n'allais pas se perdre dans des longueurs et repart dans une direction apparemment totalement différente et surprenante. La fin est surprenante et digne d'un polar.

 

  Le rythme du roman est intéressant par sa complexité et parfaitement maîtrisé. Il s'agit de retours en arrière partiels, plus ou moins en profondeur dans le temps. C'est jusqu'à présent la trame temporelle la plus complexe à laquelle j'ai eu affaire (science fiction mise à part). Mais l'écriture permet de l'oublier.

 

Sur le fond, j'ai trouvé quelques aphorismes délicieux.

 

En résumé :

 

* Une vision décapante et profonde de l'être indien dans toute sa complexité et ses contradictions (d'un point de vue occidental).

* Un brûlot d'érotisme

* Un hymne à l'amour

Voir les commentaires

Extrémisme

Publié le par Bertrand Ricque

Aucune religion ne renie jamais totalement ses extrémistes. Elle s'en tire toujours avec une pirouette du type "Dieu reconnaitra les siens" ou "Ils verront çà dans leur prochaine vie". Et c'est bien normal au fond. Après tout, :

 

* ils se présentent souvent comme bien plus orthodoxes que la moyenne et sont théologiquement difficilement attaquables,

* réformer les dogmes pour les rendre plus souples, dans un contexte de relativisme religieux, revient à lâcher ouvertement du terrain sur ses convictions et à ouvrir la jarre de Pandore de la remise en question de son dogme par la simple acceptation des croyances de l'autre.

 

Chaque religion(ou presque) se retrouve donc entre deux chaises et vit dans la schizophrénie entre l'impossibilité de renier le fait qu'elle est la seule à avoir raison (lire par exemple le catéchisme de l'église catholique) et l'impossibilité de passer son temps à crier ouvertement que les autres sont dans l'erreur (ce qui est pourtant le contenu de base de quasiment tous les dogmes, monothéistes à minima).

Voir les commentaires

Rajouter l'agréable à l'utile

Publié le par Bertrand Ricque

Londres en deux heures :

 

131220122617     131220122631

 

 

 

131220122623     131220122640

Voir les commentaires

Joindre l'utile à l'agréable

Publié le par Bertrand Ricque

Un belle vue sur la campagne anglaise verglacée depuis une salle de réunion :

 

121220122611

Voir les commentaires

10 minutes sur Eurostat

Publié le par Bertrand Ricque

Eurostat possède un site remarquablement convivial. J'ai voulu voir ce que donnait l'équation de Kaya au niveau de l'UE et il en ressort ceci : 

Eurostat1

 J’ai ramené toutes les valeurs à un indice valant 1 en 1997. On peut y voir :

  • que la population augmente lentement et régulièrement
  • que la quantité d’énergie consommée/produite après avoir commencé à baisser remonte tout doucement (au passage, le patron de GDF a annoncé ce matin que le pic de consommation énergétique avait été passé en Europe en 2008 et qu'il se tourne vers l'Asie car il n'attend plus rien en Europe. C'est à la fois une bonne nouvelle car moins d'énergie = moins de GES, et une mauvaise nouvelel car dans les conditions actuelles moins d'énergie = récession.)
  • que le PIB a cessé d’augmenter
  • que les émissions de CO² qui avaient bien baissé recommence à monter (un effet des éoliennes espagnoles et de l’arrêt du nucléaire allemand ?)

 

J’ai fait la même chose pour les facteurs de l’équation de Kaya :  Eurostat2

Très logiquement, le PIB par tête de pipe (notre niveau de vie) est en train de se casser la binette, fort doucement pour le moment certes, mais bien régulièrement.

 

De même, les émissions de GES par unité d’énergie qui avaient bien baissé, ne baissent plus et il faudra vérifier dès que les statistiques seront disponibles, si elles ne seraient pas en train de remonter (ben oui, toujours à cause des éoliennes espagnoles et de l’arrêt du nucléaire allemand qui contrecarrent les énergies sans émissions).

 

L’efficacité énergétique de l’économie à cessé de s’améliorer (est-ce parce que la consommation d’énergie a légèrement baissé, ou plus prosaïquement parce que le PIB baisse ?).

 

D’où j’en conclue :

  • Que ceux qui nous vendent de la croissance verte (sans nucléaire en tout cas) sont des charlatans.
  • Que ceux qui nous vendent de la croissance tout court sont des menteurs.
  • Que ceux qui les croient prennent leurs rêves pour des réalités (pour rester poli).
  • Que si on veut diminuer les émissions par 3 ou 4 d’ici 2050, on sera obligés de réduire la quantité d’énergie disponible par 1,5 ou 2 avant même de penser à comment la produire. En conséquence, si quelqu'un souhaite conserver son niveau de vie, je lui conseille de trouver très vite comment produire autant d'Euro avec 1,5 à 2 fois moins d'énergie (sans jouer aux subprimes, on a déjà donné). 
  • Qu’il va falloir investir massivement (10 % de PIB par an ?) au vu des coûts encourus (quelles que soient les technologies) et du délai imparti.
  • Que je ne vois pas, mais alors absolument pas, comment faire çà sans un remplacement complet du parc nucléaire, et son extension à l’Europe entière !

 

 

 

Voir les commentaires