Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bios

Né en France en 1960, Bertrand Ricque passe son enfance à l’étranger et y forge son goût pour les contextes internationaux et les échanges culturels. Après des études techniques en génie mécanique, il intègre l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr et obtient un diplôme d’ingénieur. Il commence sa carrière par la direction d’une unité de missiles de reconnaissance (drones) au sein de laquelle il conforte son goût pour les systèmes de technologie avancée, l’organisation des équipes et l’initiative.

En 1990, il décide de s’orienter vers des activités industrielles et est nommé Chef de Projet Senior chez Elsag Bailey. Il dirige alors de nombreux projets notamment dans les domaines de la pétrochimie, de l’offshore et de l’énergie classique et nucléaire. Il occupe ensuite des postes de responsabilité dans des sociétés fournissant des systèmes automatisés aux industries de procédés continus et manufacturières, telles que Rockwell Automation, Euraltech et Vanderlande Industries. Dans ces sociétés, il promeut des méthodes d’ingénierie basées sur l’efficacité de la gestion de projet et sur la maîtrise de la sûreté de fonctionnement des systèmes automatisés. Bertrand Ricque est depuis 2004 Chef de Programme de systèmes de défense chez Sagem Défense et Sécurité.

Il contribue aux travaux du comité SP84 de l’Instrumentation, Systems and Automation society et représente le GIFAS au sein du groupe de travail SC65A de la Commission Electrotechnique Internationale. Il est formateur et consultant dans les domaines des systèmes automatisés de sécurité et de la certification FDA au sein de ControlChain Group. Il réalise des audits d’installations classées sur la base du référentiel IEC 61508/61511 et a enseigné la gestion de projet à l’École Nationale des Ponts et Chaussées.

Bertrand Ricque was born in France in 1960 and spent his childhood abroad. He developed a strong taste for international relations and cultural exchanges. After a BS in mechanics, he enters Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr (French military academy). He completes an MS in general engineering, specialises in unmanned airborne systems and starts his career as commanding officer of a drone unit. He gets familiar with high technology systems, team organisation and initiative.

In 1990 he switches to industrial activities and is appointed Senior Project Manager within Elsag Bailey. He manages various projects in petrochemical, offshore, classic and nuclear energy industries. He then holds managing positions within different suppliers of automated production systems, such as Rockwell Automation, Euraltech and Vanderlande Industries. Within all these companies, he promotes good engineering practices based on efficient project management and automated systems availability. Since 2004, Bertrand Ricque is Defense Systems Program Manager within Sagem Défense Sécurité.

He contributes to Instrumentation, Systems and Automation society SP84 committee and to International Electro technical Commission SC65A workgroup. He is trainer and consultant for safety instrumented systems and FDA certification for ControlChain Group. He conducts IEC 61508/61511 audits for hazardous plants and gave project management lectures at École Nationale des Ponts et Chaussées..

 

 

Recherche De Contenu

Site professionnel:

21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 07:44
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
KOUFONISSI 2014
Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Chez moi
commenter cet article
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 07:41
Iraklia 2014
Iraklia 2014
Iraklia 2014
Iraklia 2014
Iraklia 2014
Iraklia 2014
Iraklia 2014
Iraklia 2014
Iraklia 2014
Iraklia 2014
Iraklia 2014
Iraklia 2014
Iraklia 2014

Iraklia 2014

Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Chez moi
commenter cet article
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 07:36
Schinoussa 2014
Schinoussa 2014
Schinoussa 2014
Schinoussa 2014
Schinoussa 2014
Schinoussa 2014
Schinoussa 2014
Schinoussa 2014
Schinoussa 2014
Schinoussa 2014
Schinoussa 2014
Schinoussa 2014

Schinoussa 2014

Voir les commentaires

Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Chez moi
commenter cet article
17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 11:37

Le ciel lourd de tes larmes plonge dans le bleu de la mer

Mes mains ne peuvent te garder contre mon cœur

Ta lumière n'illumine plus mes yeux

Ne soit pas fâchée mon âme

Car déjà je sais que je reviendrai vite

Vers ton horizon infini.

Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Pensées
commenter cet article
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 18:51

Où l'on voit, en France, dans un de ces raccourcis absurdes qu'elle connaît si bien, l'histoire nous présenter des sémites tapant sur d'autres sémites et se faisant traiter de racistes alors qu'ils sont fondamentalement semblable en ne le voulant absolument pas. Et le NPA qui se jette dans les bras de Marine.

Quand à ce qui se passe à l'Est, ma position n'a pas changé depuis ce post de 2012 d'Aboudjaffar (http://aboudjaffar.blog.lemonde.fr/) que je reproduis ce-dessous in extenso car il n'a pas pris une ride. Il est de temps de se faire une raison. Les palestiniens sont-ils colonisés ? Oui. Retrouveront-ils leur terre ? Jamais, pas plus que les indiens des 3 Amériques. Seront-ils accueillis par leurs voisins ? Non, ils sont bien trop modernes avec même des velléités démocratiques. Israël en tant qu'état religieux mono-ethnique a-t-il un avenir à long terme. Je préfère en douter sinon c'est mauvais signe pour le reste de la planète..

"« What else was there for me to do but cry? » (« (Marie’s the name) His latest flame », Del Shannon)

Il y a quelque chose d’infiniment gênant à voir agoniser un peuple vaincu. Et il y a quelque chose d’agaçant à voir certaines réactions, dans les deux camps. Quant aux commentaires publiés ici ou là, ils confirment surtout que personne ne réfléchît plus froidement, comme si nous étions entrés dans une ère où seules les passions prévalent.

À quoi assistons-nous, en vérité ? À un conflit colonial de basse intensité, qui dure depuis des décennies et dont les vainqueurs et les vaincus sont connus depuis le début. Je pense profondément qu’Israël a le droit de vivre en paix, et je trouve légitimes les aspirations qui ont conduit à la fondation d’un foyer national juif, puis à celle de l’Etat hébreu. Et je pense tout aussi profondément que les Palestiniens ont le droit de vivre en paix au sein d’un État. Cette position est naturellement parfaitement schizophrène, mais le Moyen-Orient rend fous les Occidentaux…

Le processus de paix a été un rêve, porté par des hommes d’exception, dans un contexte historique qui enflammait les imaginations et nous enivrait des possibles qui s’offraient. Mais les radicaux ont besoin des radicaux, et l’assassinat de Rabin, la montée des extrêmes en Israël et dans les Territoires, le besoin viscéral de Damas et de Téhéran de s’appuyer sur des mouvements extrémistes alliés en Palestine, tous ces facteurs ont balayé les espoirs en quelques mois. Et il y a la logique historique. Car si l’Histoire ne se répète pas, elle nous donne des clés pour comprendre. En Palestine, en Judée, quel que soit le nom qu’on donne à cette terre trois fois sainte et manifestement maudite, Israël a gagné parce qu’il n’a jamais dévié de son but, n’a jamais renoncé, a toujours fait front. Et les Palestiniens ont perdu parce qu’ils ont été trahis, manipulés, divisés par les États arabes qui ne les ont jamais soutenus, mais les ont toujours utilisés. Irak, Syrie, Égypte, Libye, Iran : qui n’a pas eu son groupe palestinien, nécessairement plus résistant que les autres, évidemment plus intègre, plus pur, meilleur socialiste, meilleur musulman que celui du voisin ?

Disons-le tout net, la défense sacrée de la Palestine et sa libération ne sont que des farces mises en avant par des régimes confits dans leur cynisme qui n’agitent le malheur des Palestiniens que pour canaliser la colère de leur propre peuple et faire oublier l’étendue de leurs échecs. Défaits en 1948, avertis en 1956 à Suez, balayés en 1967, vaincus en 1973 – sans parler de la correction infligée à la seule Syrie en 1982, les États engagés dans la défense de la Palestine ont brillé par leur incompétence. En France, nous savons bien que le seul courage ne fait pas gagner les guerres…

La politique de colonisation israélienne est logique, elle a été annoncée, elle repose sur l’idéologie qui a présidé à la création du pays, elle est systématique, elle est menée avec constance et elle ne s’arrêtera pas, en particulier parce que les terres colonisées sont autant de gages territoriaux à négocier si le vent devait tourner.

Et elle ne s’arrêtera pas parce qu’elle est victorieuse, et qu’on n’a jamais vu un colonisateur victorieux faire preuve de retenue. On pourrait disserter sans fin du poids déterminant de l’Empire, de la lâcheté insigne de l’Europe, du jeu trouble de la Russie, de la fascinante incapacité arabe à monter des coalitions sérieuses et des projets politiques, mais on ne discute pas de la couleur du ciel ou des points cardinaux. C’est comme ça. On peut se lamenter, pester, mais c’est cuit.

Devant l’inéluctabilité de la conquête israélienne comme devant leurs épouvantables conditions de vie ou leur isolement, les Palestiniens sont à la merci des pires idéologies, et ils sont naturellement tentés par la violence. Les attentats commis jusqu’à l’érection de la barrière de séparation et les tirs de roquettes depuis ne sont que des piqûres d’insectes, au bilan, certes tragique, mais finalement gérable. Le fait que ces tirs soient dirigés à l’aveugle vers des zones civiles en fait des actes de terrorisme, même s’ils s’inscrivent dans une stratégie de résistance. Mais comme je me suis épuisé à l’expliquer pendant des années, la résistance est une démarche politique, tandis que le terrorisme est une tactique. On pourrait aussi bien résister en menant des grèves de la faim ou en inondant le monde de films ou de livres.

Israël est un État occidental, ou en partie occidental, engagé dans une entreprise de colonisation. À ce titre, au début du 21e siècle, cinquante ans après la vague des indépendances, il fait figure d’anomalie, mais le souligner ne change rien aux faits. Face à un adversaire vaincu, cet État occidental, développé, démocratique, dont les dirigeants vont parfois en prison et dont la justice est indépendante, ne peut pas faire montre de la même brutalité que d’autres, il y a cent ou cent cinquante ans, et il ne peut pas non plus parachever rapidement sa conquête. On est loin des menées françaises, belges ou britanniques en Afrique, et de leur violence aveugle, et c’est cette lenteur qui rend l’agonie palestinienne si insupportable. Elle contraint également les dirigeants israéliens, qu’il est absolument indécent de comparer, comme le font les crétins, à certains responsables politiques européens du 20e siècle, à une certaine mesure opérationnelle. J’invite les esprits les plus curieux à reprendre les données de la prise de Falloujah, en 2004, ou de la seconde bataille de Grozny, en 1999/2000, pour mesurer quelles pertes humaines peuvent provoquer des unités modernes. Quoi qu’on dise, le conflit israélo-palestinien, malgré sa très forte charge émotionnelle, est peu meurtrier – mais les morts sont toujours de trop, surtout quand il s’agit d’enfants.

Face à une résistance qui ne peut que pratiquer le terrorisme puisqu’elle est incapable de conduire des actions conventionnelles, Israël pratique la prévention par des actions ciblées plutôt précises et doit, de temps à autre, intervenir plus massivement quand la menace est insupportable. Mais la menace représentée par le Hamas n’est pas insupportable comme peuvent l’être des raids aériens ou des déboulés de chars, et elle ne remet pas en cause l’existence de l’État hébreu. La menace représentée par le Hamas est insupportable comme le sont des attentats à Paris : il s’agit d’actes de terrorisme qui visent à faire peser sur la population civile une pression qui doit au moins autant à l’irrationalité qu’à la réelle valeur militaire des roquettes.

Les frappes lancées le 14 novembre dernier, qui ont fait suite à des raids ponctuels, sont donc d’abord une réponse militaire à un problème sécuritaire, déjà en partie géré par le système Iron Dome. Il s’agit de casser l’appareil militaire du Hamas et, évidemment, de démontrer la volonté de s’attaquer militairement à une menace, malgré l’inévitable réprobation internationale. Il s'agit aussi, évidemment, d'envoyer un message au Qatar, à l'Égypte, et aussi de favoriser l'émergence de nouveaux responsables palestiniens encore plus radicaux.

La disproportion des moyens est fascinante à observer, de même que la différence entre les bidonvilles d’où partent les roquettes et les villes en pleine croissance où elles tombent - parfois. Mais Israël est un État occidental, disais-je, et sa population n’accepte plus la glorieuse incertitude de la vie – et encore moins de la conquête et de la colonisation. Du coup, malgré toute la sympathie que je peux nourrir pour Israël, je suis bien obligé de repenser aux dernières révoltes indiennes contre l’Empire, à la fin du 19e siècle, lorsque des unités de cavalerie ont défait, sans pitié, des tribus de vieillards brisés et de jeunes hommes désespérés. C’est pas joli joli, les gars.

À la différence des Indiens des plaines, pourtant, les Palestiniens ne sont pas seuls. Assiégés, oui, sans aucun doute, mais pas seuls. Et on en revient à cette malédiction moyen-orientale qui veut que depuis près de mille ans les Arabes se divisent et se déchirent. Repensez à l’Europe sortant du Moyen-Age, repensez à ces États modernes tentant de soumettre des duchés et des princes. Le Moyen-Orient n’est pas autre chose, qu’un continent toujours pas à parvenu à une véritable maturité politique, et dont les dirigeants n’ont longtemps été que de sales gamins essentiellement occupés à faire des vacheries à leurs voisins tout en enrichissant leur clan au lieu de construire des États modernes et stables. On verra ce que donneront les nouveaux leaders islamistes.

Reste l’entêtante question de la perception de ce conflit, et de son bilan. Loin de moi l’idée d’établir des classements entre tueries, mais force est de constater qu’on tue assez peu en Palestine, surtout si on regarde vers l’Irak ou la Syrie. Et je ne parle même pas du Darfour. Selon les estimations habituellement retenues, 13.000 Palestiniens seraient ainsi morts dans les combats avec Israël entre 1948 et 1996 (ici), ce qui doit nous donner un peu moins de 16.000 morts à ce jour. Pour mémoire, lors de Plomb durci, décembre 2008/janvier 2009, plus de 1.300 personnes sont mortes à Gaza. C’est évidemment horrible, et intolérable, mais les accusations de génocide proférées par pas mal de gens sont tout simplement intolérables. En Syrie, le président El Assad, défenseur bien connu de la Palestine, mène une répression qui a, en en 20 mois, tué 39.000 personnes...

Aux ignorants, et aux pauvres imbéciles qui parlent de génocide, je ne rien peux que conseiller que la lecture de quelques récits de rescapés de la Shoah, du génocide arménien, de la conquête du Mexique par les Espagnols, du génocide rwandais, voire de la famine en Ukraine. Mais l’époque n’est pas à la subtilité ou à la rigueur. Le moindre film comique à succès est qualifié de génial, et chaque tuerie devient un génocide. Sauf que non, justement. La politique israélienne est loin d’être satisfaisante, mais la comparer à la Shoah relève d’un raisonnement d’une rare obscénité qui rend inaudibles ceux qui le tiennent - sans parler du fait qu'on les méprise.

Il me vient, pour finir – puisque mes invités m’attendent et que je dois quitter la cuisine, deux réflexions. La première est que la mansuétude dont font preuve à l’égard du président soudanais, en comparaison, un grand nombre de citoyens du monde arabe est troublante. Comme si voir tuer des Africains animistes était bien plus supportable que voir tuer des Palestiniens. Pourtant, les amis, si vous voulez un génocidaire, mis en examen par la CPI, le président El Bechir est votre candidat. Je ne sais pas si c’est du racisme, mais les commentateurs qui se répandent en invectives au sujet du deux poids/deux mesures feraient bien d’y réfléchir.

La seconde réflexion est que cette opération israélienne, par la supériorité militaire qu’elle démontre (qui possède un système comparable à Iron Dome ?) et par son impunité diplomatique (induite) ne fait que renforcer ce profond sentiment d’humiliation, de domination et d’oppression que ressent le Moyen-Orient depuis des siècles, et que la dernière décennie n’a fait que confirmer. En affirmant aujourd’hui que le but de l’attaque en cours était de « renvoyer Gaza au Moyen-Age » (ici), le ministre de l’Intérieur israélien, Eli Yishai, montre qu’il vaut à peine mieux que les chefs du Hamas. Il montre aussi qu’on peut dire en public des choses qu’on ne confie d’habitude que dans les boxons à une gagneuse fatiguée. Il laisse enfin à penser à ceux qui n’attendaient que ça qu’Israël a tort de se défendre.

Une fois de plus, alors que le silence de l’Europe récemment nobélisée est une honte, c’est à un concours de bêtise que nous assistons. Et ce sont toujours les mêmes dont on ramasse les corps dans les rues ou les jardins."

Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Opinions
commenter cet article
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 14:32

Voici le salon lors du passage de Sylvain à la maison :

 

Organologie
Organologie
Organologie
Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Arts et Musiques
commenter cet article
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 14:28

En fait, si j'ai bien tout compris, le Vatican est un califat et les taliban sont membres de Civitas.

Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Opinions
commenter cet article
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 21:17

Oui l'occident possède une tradition de musique modale et est même capable d'en composer. La preuve dans cette extraordinaire interprétation de la maîtrise de Radio France. La première partie avec François Lazarévitch est parfaitement dans la tradition médiévale. Dans la seconde partie, Ibrahim Maalouf montre tout son talent, sa sensibilité, son intériorisation et sa capacité à s'exprimer en totale fusion avec une partition qui a traversé les siècles. Le tout dirigé par Sofi Jeannin. C'est époustouflant et très fort. Hildegard von Bingen n'est pas revisitée, elle est simplement présente, sans aucune trahison de son texte littéral et musical.

Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Arts et Musiques
commenter cet article
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 17:21

 Si vous souhaitez passer un week end sportif ou au calme dans la Forêt d'Orient, je vous recommande la roulotte de Frédérique Hutpin à Mathaux. La roulotte est insolite et confortable, joliment décorée et Frédérique vous apportera un petit déjeuner de rêve au pied du lit. La roulotte peut être trouvée sur le site des gîtes de France de l'Aube.

Week end de charme et insolite
Week end de charme et insolite
Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Chez moi
commenter cet article
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 21:01

Cinquantième écoute de Médée (enfin au moins, je n'ai pas compté et fut un temps où c'était parfait pour faire Nimègue-Paris en voiture tous les week-end).

Bref, Charpentier est quand même plus puissant que Lully et le livret de Corneille est particulièrement travaillé.

L'enregistrement de 94 de la version de Christie (de 1984) reste ma référence et je regrette de ne pas avoir vu la création à Versailles.

Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Arts et Musiques
commenter cet article