Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tartuffe et tartufferies

Publié le par Bertrand Ricque

La semaine dernière j'ai eu le grand plaisir d'aller (ré)écouter Tartuffe avec Patrick Chesnais et Claude Brasseur. Un vrai plaisir partagé avec un ami cher. En sortant du théâtre, je faisais cette réflexion : une mise en scène classique, c'est sympa, mais je me demande ce que cela aurait donné avec un foulard sur la tête des femmes et Tartuffe en taliban. Cette réflexion spontannée faisait en fait le pont entre la réaction qu'avait suscité la pièce en 1664 et la capacité d'absorption de la satire de notre époque. Je n'y repensais plus jusqu'à cette malheureuse affaire de film qui agite une partie de la planète.

 

Du coup, j'y ai repensé et cela m'a amené 4 réflexions : le temps, le rapport à l'image, la théologie et l'avenir.

 

Je commence par noter que pour le moment et fort malheureusement, le seul résultat comptable de toute cette agitation est que 19 muslmans ont été tués par d'autres musulmans. C'est un dramatique paradoxe qui mérite certainement qu'on y réfléchisse.

 

Premier point, le temps. En 1664, la capacité d'absorption de la satire de l'église catholique française était voisinne de zéro, les élites profitaient bien du libertinage, les faux dévots utilisaient la religion pour pousser leurs pions et les vrais dévots dévotaient sans se faire remarquer ni embêter qui que ce soit. Cà ne vous rappelle rien ? Quand on voit le temps qu'il nous a fallu, ici en France, et chez nos voisins, pour passer de l'état de la société de 1664 à celui d'aujourd'hui et les conflits qui ont parfois déchiré des familles tant les oppositions étaient fortes, je me demande comment on peut demander à d'autres de monter dans notre train, sans même que le train s'arrête deux minutes en gare.

 

Comment réagissions nous au Moyen-Âge face à des situation qui nous inquiétaient ou que nous ne comprenions pas ? Nous brûlions la sorcière. Etions-nous une société ou une culture structurellement violente et agressive pour autant ? La compréhension de la réaction des autres (ce qui reste différent de l'acceptation) passe par la capacité à se projeter à la place de l'autre. C'est fondamental. Nos médias (sauf un seul article du Monde) sont en ce moment lamentables de ce point de vue.

 

Second point, le rapport à l'image. La grosse masse des effectifs des sociétés musulmanes ont vécu et/ou vivent encore dans des sociétés où la télévision est contrôlée par les gouvernements. Aucune image n'existe sans avoir été contrôlée ou même réalisée par les institutions. Personne n'imagine qu'il puisse en aller autrement ailleurs. A la limite cela pourrait même être anormal et laisserait penser qu'un gouvernement qui ne contrôle pas les images, ne contrôle rien et est donc faible. Là encore, il est impératif de se mettre à la place de l'autre.

 

Troisième point, le blasphème. En théorie, il y a 3 sortes de blasphèmes : l'hérétique, l'imprécation et l'irrespect. Nous sommes clairement dans le 3ème cas. Nos sociétés laïques ont substitué l'incitation à la haine religieuse (troublant l'odre public) au blasphème (protégeant une religion). Je me suis demandé comment le délit de blasphème peut exister dans une société multi-religieuse. Les religions (au moins les 3 monothéistes et l'hindouisme) étant mutuellement exclusives, la simple profession de foi de l'une est de-facto un blasphème pour l'autre. "Le 21ème sera religieux ou ne sera pas" : eh bien, en tous cas, nous sommes pas arrivés.

 

Quatrième point, l'avenir. Deux abrutis ont réussi à mettre la planète sans dessus dessous depuis le fin fond de leur garage en produisant une idiotie. Cela me rappelle les pirates informatiques et les hoax. N'importe qui s'amuse à rentrer dans un serveur pour soit montrer qu'il est plus fort que son copain sans mauvaises intentions, soit parcequ'il est réellement malintentionné. Si au moindre bruissement sur internet, la moitié de la planète musulmanne se met dans cet état, il me semble malheureusement évident que nos deux abrutis vont faire des émules. D'ici à ce que nous soyons convoqués au commissariat parcequ'un de nos ados a enregistré une chanson débile avec ses copains.. A notre époque nous courrions dans la rue en appuyant sur les sonnettes. Autres temps, autres moyens, autres résultats. Toujours est-il que personne ne pourra empêcher cela. Les élites musulmanes en sont certainement parfaitement conscientes car en tout état de cause c'est avant tout un problème pour elles en tant que dirigeants.

 

En conclusion, je ne suis pas pessimiste. Les manifestations ont rassemblé beaucoup moins de monde qu'à l'époque des caricatures danoises. C'est à mon avis un signe de maturité des gens.

Commenter cet article

lizagrèce 18/09/2012 21:14


Cette vidéo existe sur la toile depuis janvier ... Pourquoi tant de bruit autour de ça que maintenant. Il y a de l'instrumentalisation politique la-dessous - les coups tordus c'est ce que notre
époque a de commun encore avec le moyen-âge


http://maisondeliza.over-blog.fr

Bertrand Ricque 18/09/2012 21:36



Il ya tellement de gens que cela arrange, de tous bord (vous voyez où çà mène la liberté d'expression !), que toutes les théories du complot vont fleurir dans tous les sens et leur contraire.