Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Matérialisme

Publié le par Bertrand Ricque

On me fait régulièrement remarquer que rejeter les religions, c'est tomber dans le matérialisme en se privant de toute forme de spiritualité et des apports des penseurs religieux.

A mon sens il est totalement réducteur d'imaginer une seule seconde que les religions ont le monopole de la spiritualité et de la pensée philosophique. Les apports historiques des penseurs religieux sont indéniables, même si il me semble qu'ils sont bien plus faibles, voire inexistants, aujourd'hui qu'autrefois.

Reprenons une définition de la spiritualité qui vaut ce qu'elle peut. La spiritualité définit une aspiration personnelle ou collective, ou un ensemble de croyances, qui ont trait à la nature essentielle de l'être vivant. Elle est généralement associée à une quête de sens en opposition à l'évanescence apparente du monde et plus récemment à sa matérialité.

Rejeter les supersititions n'est pas rejeter la spiritualité. Je précise au passage que je sais que le terme de supersition est réducteur puisque qu'une religion suppose souvent une idéologie, et ce que ne nécessite pas une superstition, mais elles ont en commun le besoin d'une réactivité de l'univers (non conforme aux théories et à l'expérience scientifiques) ou d'entités surnaturelles face à certains comportements humains. On peut parfaitement s'interroger sur l'essence de ce que nous sommes, et même y répondre en disant que nous ne sommes rien de spécial, ou que la question n'implique pas obligatoirement une réponse, sans avoir besoin de rentrer dans le cadre d'une idéologie.

Il y a bien une vie intellectuelle et spirituelle en dehors des religions.

Commenter cet article

benichou 28/04/2010 19:15



" Les religions révélées ont evacué le sacré du cosmos"


Mircea Eliade.



Bertrand Ricque 11/05/2010 10:55



Le sacré n'a de sens que pour soi même. De même qu le blasphème n'existe que s'il est réalisé par un croyant. Sinon c'est vide de sens. D'où l'ineptie et la vacuité des débats du type "Ave Maria"
ou "caricatures de Mahomet".