Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lutter...

Publié le par Bertrand Ricque

...parfois on sait contre quoi mais pas nécessairement pour quoi.

 

C'était à mon avis le cas de Manos Loizos. Je vous recommande son texte indispensable :

 

Σχεδόν πενήντα χρόνια
βάσανα και διωγμοί,
τώρα στη μαύρη αρρώστια
ανάξια πλερωμή.
Το δίκιο του αγώνα
πολλά σου στέρησε,
μα η ζωή λεχώνα
ελπίδες γέννησε.

Τίποτα δεν πάει χαμένο
στη χαμένη σου ζωή,
τ’ όνειρό σου ανασταίνω
και το κάθε σου "γιατί".

Ποτέ δε λες η μοίρα
πως σε αδίκησε,
μα μόνο η Ιστορία
αλλιώς σου μίλησε.
Σκυφτός στα καφενεία,
στους δρόμους σκεφτικός,
μα χθες μες στην πορεία
περνούσες γελαστός.

 

Presque 50 ans
De tortures et de persécutions
Maintenant, cette sombre maladie
Un paiement injuste
Ta lutte à toi
t'a privé de beaucoup de choses
Mais la vie comme une accouchée
fit naître des espérances.

Rien ne sera perdu à tort
Dans ta vie perdue
Je ressuscite ton rêve
Et chacun de tes "pourquoi"

Jamais tu ne dis
Que le destin t'a lésé
Mais seulement que l'Histoire
T'a parlé autrement
Courbé dans les cafés
Pensif dans les rues
Mais hier
Tu passais dans les manifestations
En riant.

 

Le fiston a l'intention de le chanter en cours de musique. Il n'est jamais trop tôt pour prendre la dimension de l'engagement de toute une vie.

Commenter cet article
L


Merci pour le lien



Répondre
B


Bravo.


Qui c'est ce gars là?



Répondre
B


Pour sa bio voir :http://en.wikipedia.org/wiki/Manos_Loizos. Il faudrait écrire un article sur le wikipedia français.



L


L'emploi de l'aoriste permet deux traductions et si tu remplaces : "tu passais" par "il est passé" je trouve que c'est moins radicalement nostalgique.


Bravo à Valentin s'il chante ça. Pas évident !



Répondre
B


La traduction n'est pas de moi mais j'y ai déjà fait des modifications. Il faut que je récupère mon dictionnaire et ma grammaire au bureau pour la peaufiner.


Pour écouter  et voir la chanson par haris Alexiou (sa créatrice) : http://www.youtube.com/watch?v=kfiYQzzzSoA au Lycabette me
semble-t-il.


Oncherche la partition sur le net. En vain. Petite précision, la musique est de Μανοσ Λοιζος, mais les texte est de Μανώλις Ρασουλής.