Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Logiciel et systèmes

Publié le par Bertrand Ricque

Le génie logiciel, science jeune s'il en est, reste encore trop (à mon goût) confiné comme un domaine à part.

Il fut une époque pendant laquelle les équipements, aussi complexes soient-ils, étaient basés sur des composants physiques, voire tout simplement mécaniques. Les défaillances de ces équipements, et donc les risques qu'ils présentent pour leur utilisateur, pouvaient être quantifiés à partir de la connaissance de la fiabilité de leurs composants. C'est encore aujourd'hui le but des Analyses des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité. Une voiture des années 80 en est un excellent exemple.

Puis vint le logiciel. De par ses caractéristiques, il est difficile (et encore quasi impossible de nos jours) de lui faire subir la même analyse. La plupart des normes, codes, pratiques et réglementations séparent donc les systèmes en :
* une partie analysée de manière "probabiliste" (c'est à dire que l'on peut quantifier ses défaillances) qui contient généralement les équipements physiques,
* et une autre partie que l'on considère comme "déterministe" (c'est à dire que l'on considère que ses défaillances ne sont pas quantifiables mais déterminées intrinsèquement) qui est constituée du logiciel.
Il s'en suit que la fiabilité des systèmes d'aujourd'hui est quantitativement exclusivement déterminée (dominée) par leur part probabiliste. Cela ne pose pas (encore) de problème tant que la part "mécanique" des systèmes reste dominante.

Les systèmes du futurs ne ressembleront pas aux systèmes actuels en ce sens que soit  parceque :
* leurs modes de défaillance principaux seront ceux du logiciel. Si vous prenez l'exemple d'autoroutes automatisées, la probabilité d'avoir un accident sera bien plus liée au fonctionnement du système complet qu'à la probabilité d'avoir un pneu crevé. C'est la cas où le fonctionnel prend le pas sur le matériel.
* les aspects matériels seront différents des caractéristiques actuelles des équipements. Dans l'exemple d'un équipement fait de nano-matériaux, dont la forme et les propriétés sont en permanence changeants, il n'est pas dit que les méthodes actuelles probabilistes soient applicables.

Il en résulte que l'état de l'art de l'analyse de la fiabilité des systèmes ainsi que les méthodes de conception qui en découlent ne sont pas adaptées à la conception des systèmes du futur. Il me semble probable que les approches de l'ingénierie système et du génie logiciel à travers les propriétés des systèmes sont les plus adaptées aux besoins émergents. Malheureusement les possibilités de quantification de ces propriétés sont loin d'être un consensus entre les théoriciens du sujet. C'est donc un chantier intéressant à creuser dès maintenant.

Commenter cet article