Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

“Est-ce que les Français veulent continuer à vivre en première division en préservant leur actuel niveau de vie ou sont disposés à moins bien vivre en seconde voire à survivre en troisième?

Publié le par Bertrand Ricque

Question récemment posée à l'ancien CEMAT Elrick Irastorza. Réponse :

 

Pour le général Irastorza, la France a un double problème à gérer : il doit s’assurer des ressources nécessaires pour fabriquer ce dont elle a besoin pour vivre et trouver des débouchés à ses exportations “pour dégager les marges lui permettant justement de se procurer ces ressources.” Aussi, elle ne peut pas “vivre isolée de tout et se désintéresser de la marche du monde” et “n’a donc pas d’autre alternative que de continuer à contribuer, avec d’autres, à la stabilité d’un monde dont dépend sa vie quotidienne.”

 

“Reconnaître ouvertement que nos engagements sont sous-tendus par des motifs d’ordre économiques, énergétiques notamment, suscite chez nous des réticences dont on ne s’embarrasse pas ailleurs. ‘Couvrez ce sein que je ne saurais voir’ Il est plus que temps de mettre Tartufe au placard et de ne plus prendre les Français pour des Dorine, car nous sommes là au cœur même des finalités de notre défense.”

 

Ben oui, on n'st pas chez les bisounours.

Commenter cet article

schmitt 27/10/2012 17:22


Bonjour, c'est la notion même de "défense" qui pose problème; J'ai le sentiment que la stratégie extérieure de la France semble toujours empêtrée dans le risque d'être taxée de colonialisme. D'où
une paralyise très dangereuse. il suffit d'ailleurs de voir combien la France est incapable de penser une sécurité extérieure qui serait confiée à des compagnies privées. Je précise de suite que
cela ne devrait concerner que des missions pécifiques et clairement définies, comme par exemple la sécurité du trafic naval marchand: il n'est bien entendu pas question d'empiéter sur le rôle de
l'armée et sur la "défense nationale proprement dite" en privatisant la sécurité extérieure, mais uniquement de réfléchir et définir à comment encadrer et gérer une activité, qui de toute façon
existe. Depuis les aventures comoriennes de Bob DENARD, tout Français travaillant pour une compagnie privée de sécurité est un mercenaire et donc pénalement condamnable. Résultat: la France ne
participe pas aux négociations interantionales sur le sujet et les anglo-saxons, non seulement imposent leur point de vue sur la notion de légitime défense entre autre: on sait ce que cela donne
aux USA, mais en plus raflent tous les marchés, fort juteux en l'espèce et porteurs de devises sonnantes et trébuchantes. Cacher ce sein ...

Bertrand Ricque 27/10/2012 22:32



Oui j'ai des anciens collègues qui se lancent là-dedans en restant dans la légalité et ce n'est pas évident. La loi est très restrictive, avec de bonnes raison, mais qui ignrorent le contexte
international. C'est comme les lois sur la famille et la bio-éthique. Cà ne peut pas fonctionner isolément du reste du monde.