Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Décroissance

Publié le par Bertrand Ricque

Ce ne sera pas un choix si nous ne faisons rien. Notre génération a développé des techniques et produits dans un contexte ouvert de ressources perçues comme infinies. Nous avons développé ce qui nous faisait envie, ce qui nous bénéficiait, ce qui nous faisait gagner de l'argent. Nos enfants n'auront d'autres choix que d'être obligés de développer des solutions pour survivre. Motivant mais terriblemet stressant.

 

http://www.leprogres.fr/france-monde/2012/09/15/il-faut-accepter-de-perdre-du-pouvoir-d-achat#utm_source=direct&utm_medium=newsletter&utm_campaign=le-progres-l-actualite-nationale-et-internationale

Commenter cet article
L

Ici le SMIG ets tombé à à peine 5 euros de l'heure ... Donc à peine 3 l d'essence et un peu moins de 5 l de fuel domestique . Tu fais quoi avec ça ?


Depuis les les mesures prises par la Troïka le SMIG grec est tomé à 580 euros et 520 euros pour un jeune de moins de 25 ans
Répondre
B

Oui. C'était valable sur une base française. Je sui curieux de voir ce que la transposition donnerait dans d'autres pays dont la Grèce.


L

Et bien ça ne se voit pas au prix à la pompe. Ici l'essence est à 1,80 le litre -par rapport au pouvoir d'acaht des Grecs c'est énorme et le fuel domestique va atteindre 1,40 le litre cet hiver
Répondre
B


Oui mais combien de temps de travail faillait-il en 1979 pour gagner 1,80 € (en euros constants) ? 2 fois plus pour un cadre et 3 fois plus pour un smicard. Sans compter qu'avec ce litre
d'essence on fait beaucoup plus de choses qu'à l'époque (les voitures roulent plus loin plus viet et les chaudières chauffent mieux.



L

Je epnse que nous aussi, avant nos enfants allons être obligés de développer des stratégies notamment pour trouver les moyens de nous chauffer avec un rpix raisonnable .


http://maisondeliza.over-blog.fr


http://lizathenes.canalblog.com
Répondre
B


Le prix est déjà "déraisonnablement" bas. Le prix du carburant est déjà 2 à 3 fois plus bas (en temps de travail pour se le payer) que en 1979.