Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bios

Né en France en 1960, Bertrand Ricque passe son enfance à l’étranger et y forge son goût pour les contextes internationaux et les échanges culturels. Après des études techniques en génie mécanique, il intègre l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr et obtient un diplôme d’ingénieur. Il commence sa carrière par la direction d’une unité de missiles de reconnaissance (drones) au sein de laquelle il conforte son goût pour les systèmes de technologie avancée, l’organisation des équipes et l’initiative.

En 1990, il décide de s’orienter vers des activités industrielles et est nommé Chef de Projet Senior chez Elsag Bailey. Il dirige alors de nombreux projets notamment dans les domaines de la pétrochimie, de l’offshore et de l’énergie classique et nucléaire. Il occupe ensuite des postes de responsabilité dans des sociétés fournissant des systèmes automatisés aux industries de procédés continus et manufacturières, telles que Rockwell Automation, Euraltech et Vanderlande Industries. Dans ces sociétés, il promeut des méthodes d’ingénierie basées sur l’efficacité de la gestion de projet et sur la maîtrise de la sûreté de fonctionnement des systèmes automatisés. Bertrand Ricque est depuis 2004 Chef de Programme de systèmes de défense chez Safran Electronics & Defense.

Il contribue aux travaux du comité SP84 de l’Instrumentation, Systems and Automation society et représente le GIFAS au sein du groupe de travail TC65 et de l'ACSEC (Advisory Committee for SECurity) de la Commission Electrotechnique Internationale. Il est formateur et consultant dans les domaines des systèmes automatisés de sécurité et de la certification FDA au sein de ControlChain Group. Il réalise des audits d’installations classées sur la base du référentiel IEC 61508/61511 et a enseigné la gestion de projet  d'automatisation à l’École Nationale des Ponts et Chaussées.

Bertrand Ricque was born in France in 1960 and spent his childhood abroad. He developed a strong taste for international relations and cultural exchanges. After a BS in mechanics, he enters Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr (French military academy). He completes an MS in general engineering, specialises in unmanned airborne systems and starts his career as commanding officer of a drone unit. He gets familiar with high technology systems, team organisation and initiative.

In 1990 he switches to industrial activities and is appointed Senior Project Manager within Elsag Bailey. He manages various projects in petrochemical, offshore, classic and nuclear energy industries. He then holds managing positions within different suppliers of automated production systems, such as Rockwell Automation, Euraltech and Vanderlande Industries. Within all these companies, he promotes good engineering practices based on efficient project management and automated systems availability. Since 2004, Bertrand Ricque is Defense Systems Program Manager within Safran Electronics & Defense.

He contributes to Instrumentation, Systems and Automation society SP84 committee and to International Electro technical Commission TC65 workgroup and (Advisory Committee for SECurity). He is a trainer and a consultant for safety instrumented systems and FDA certification for ControlChain Group. He conducts IEC 61508/61511 audits for hazardous plants and gave project management lectures at École Nationale des Ponts et Chaussées..

 

 

Recherche De Contenu

Site professionnel:

12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 09:32

Pour un niveau de service donné, les produits conçus par les ingénieurs sont les plus simples et les moins chers à l'achat et à l'usage. Je pense que ceux qui croient que la transition énergétique et la pénurie de ressources seront gérées sans dommages se mettent le doigt dans l’œil. Ce sera soit plus compliqué et plus cher (fusion nucléaire), soit moins cher mais avec moins de services (voiture de moins de 500kg), soit plus compliqué, plus cher et avec moins de services (éolien, photovoltaïque). Tout ceci sans croissance, donc avec beaucoup beaucoup moins de services, donc probablement une baisse des revenus et du niveau de vie. Le vote chez SMART n'est rien d'autre qu'un signal faible que cette nouvelle phase dans laquelle nous entrons. Il me semble que c'est un mouvement inéluctable et qu'il est important que les partenaires sociaux accompagnent les populations en leur expliquant qu'il est plus important d'avoir des hôpitaux et des écoles que des plats préparés surgelés, des voitures mieux que le voisin et des vacances à Djerba ou à Saint Jean de Monts. Quand à ceux qui prétendent que tout peut rester comme avant (croissance verte par exemple), ils préparent les émeutes de demain qui seront à l'aune des déceptions.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand Ricque - dans Opinions
commenter cet article

commentaires

lizagrèce 12/09/2015 10:50

Le vote chez Smart a été remporté grâce aux voix des cadres et employés de bureau. Sur le site de production ils étaient moins chauds.

Bertrand 12/09/2015 11:04

Ben c'est sûr. Moi j'aurais bien voté pour mais à condition que en cas de perte d'emploi avant 2025, il y ait 3 ans de salaire pour tout le monde. Là je pense que la direction serait moins chaude ... Mon propos ne portait pas sur le résultat du vote, qui est anecdotique en soi, mais sur le fait qu'il ait été organisé. Sans juger de la pression patronale, ni de la motivation patronale (qu'on peut après tout, dans l'absolu, imaginer parfaitement légitime et justifiable), ce qui m'intéresse c'est de voir comment les groupes humains vont s'organiser face au nécessaire partage du travail (à consommation d'énergie égale ou grandissante, il y a moins de travail à faire) ou à l'augmentation du travail (si la consommation d'énergie baisse, il faut des bras, mais le travail vaut moins cher) ou à la baisse du niveau de vie (si on paye plus de travail comme aujourd'hui, les biens produits valent plus cher et sont moins accessibles).